25 août 2019

Le Rythme du Silence

V.S. Gaitonde revient de New York en 1965 après un long séjour au cours duquel il a rencontré Rothko dans son atelier. Il développe sa propre voie en éliminant progressivement tous les éléments superflus à son interprétation expressionniste de la nature.

Il supprime ainsi tour à tour les contours des formes, les signes pseudo-calligraphiques et symboliques, les illusions de perspective. L'huile sur toile devient sa seule technique. L'oeuvre devient monochrome dans un immuable format vertical. Pourtant chaque opus est différent du précédent, dans une recherche de l'amélioration continue qui rejette le hasard et les sentiments.

Après une superposition de couches transparentes dont l'artiste n'a pas révélé le processus détaillé, le rouleau, le pinceau et le couteau créent des variations de brillance dans un équilibre géométrique global. Gaitonde cherche, selon ses propres termes, l'absorption des silences, apportant une musicalité visuelle. Il observe une similitude de son approche avec le Zen Bouddhiste, qui considère que l'espace doit être rempli par l'esprit.

Après la patiente méditation et la rapide exécution, la troisième et dernière phase est la contemplation. Si la musicalité du silence convient à l'artiste, il conserve l'oeuvre dans son atelier pour une utilisation publique éventuelle. Sinon il la détruit. Et il recommence avec une nouvelle toile.

Toutes ces caractéristiques convergent dans une huile sur toile 153 x 102 cm peinte en 1979, vendue pour INR 23,7 crores incluant premium par Christie's le 19 décembre 2013.

Une huile sur toile de mêmes dimensions peinte en 1982 appartient à la même phase de la carrière de l'artiste. Elle a été vendue par Pundole's le 9 avril 2015 pour INR 16,5 crores, ce chiffre n'incluant probablement pas le premium. Elle est estimée INR 20 crores valant US $ 2,9M à vendre par Saffronart à New Delhi le 12 septembre, lot 12.