20 sept. 2019

Des Trous dans l'Espace-Temps

Les horreurs de la guerre ont traumatisé Burri et Fontana. La renaissance de la civilisation demande un art nouveau, complètement différent. Indépendantes l'une de l'autre, les conceptions de ces deux artistes ouvrent la voie au minimalisme, à l'arte povera et à de nouveaux développements de l'action painting.

De 1940 à 1947, le sculpteur argentino-italien Lucio Fontana enseigne l'art à Buenos Aires. Avec plusieurs de ses étudiants, il prépare le Manifesto Blanco qui invite à développer un art inspiré de l'espace-temps des physiciens pour transcender à la fois la peinture, la sculpture, la poésie et la musique.

Revenu en Italie, Lucio Fontana tente avec ardeur de développer un style qui répond à ses conceptions. Son titre générique, Concetto spaziale, fait référence au mystère cosmique. A cette époque l'astronautique n'existe que dans l'imagination de von Braun. Bien plus tard Fontana se laissera complaisamment considérer comme un visionnaire de la conquête spatiale.

Sa première grande avancée est la perforation, qu'il applique à des supports monochromes variés : papier, carton, toile, terre cuite, métal. Sous la lumière, le réseau de trous apporte à l'oeuvre une luminosité variable qui annihile le support. Les incrustations en verre de Murano, également utilisées par l'artiste, apportent un effet similaire tout en ajoutant les couleurs. Après des dessins préparatoires, Fontana perfore la matière par une succession très rapide de gestes violents.

Le 4 octobre à Londres, Christie's vend au lot 109 un Concetto Spaziale réalisé en 1954. La feuille d'acier 60 x 100 cm est décorée de six rangées ondulantes composées de dix à seize trous. Le réseau de trous est limité par un trait fin qui est également visible dans d'autres oeuvres de l'artiste. Comme sur l'écran de télévision, le regard du spectateur ne doit pas s'égarer vers l'extérieur.

A cette époque Fontana pratique encore peu la lacération verticale qui deviendra sa technique la plus connue du grand public. Une nouvelle inspiration lui viendra en 1961 en admirant les gratte-ciel de New York.