20 sept. 2019

Etudes de Jambes Roses

Le nu féminin est un thème favori de Sanyu. Son art est profondément authentique mais s'intègre toutefois dans les tendances Art Déco de sa jeunesse. Les dessins sont souvent érotiques mais les peintures à l'huile sont des études de formes avec une palette volontairement minimale, comme les plantes en pot et les animaux de la même période.

Sanyu n'était pas tenté par l'abstraction totale. La chair est contenue dans un contour dont le trait s'épaissit au fil du temps. Sous l'influence de la photographie, sa composition se libère de l'espace tridimensionnel, donnant dès le début des années 1930 une prépondérance exagérée aux jambes et rétrécissant la tête.

Pendant toute sa vie, Sanyu a exercé sa créativité sans réussir à pousser sa carrière. En 1964 un projet d'exposition solo au National Museum of History de Taipei apporte l'espoir d'une reconnaissance internationale. Il envoie 42 oeuvres, incluant un nouveau Nu 47 x 50 cm à l'huile sur papier.

Le projet se passe mal et Sanyu n'accède plus à ses propres oeuvres. En avril 1965 il compense cette frustration en réalisant une version de plus grand format de son nouveau Nu, une huile sur isorel 123 x 135 cm. La simplicité des formes et la monochromie du corps sur fond blanc donnent une excellente lisibilité à cette oeuvre, comme une affiche publicitaire. Elle est l'élément central d'une exposition privée à Paris en décembre 1965.

Une inscription autographe pathétique au dos de cette peinture témoigne que l'artiste vieillissant ressent avec cette composition la maturité qu'il cherchait depuis plusieurs décennies et regrette le temps perdu pendant les années de misère. C'est trop tard. Il meurt accidentellement dans son atelier en août 1966.

Cet ultime Nu sur isorel sera vendu par Sotheby's à Hong Kong le 5 octobre, lot 1029. Le communiqué de presse du 16 septembre annonce une estimation au-delà de HK$ 150M. Je vous invite à regarder la video partagée par la maison de ventes.