6 sept. 2019

La Passion de Zhu Yunming

L'éloignement des capitales permet une liberté de pensée philosophique et de critique sociale. Les personnalités atypiques peuvent s'exprimer sans trop craindre les répressions. Hostile à la nouvelle dynastie des Ming, la ville de Suzhou, à 100 Km au nord-ouest de Shanghai, parvient à maintenir une tradition intellectuelle développée sous les Yuan.

Zhu Yunming est un irréductible opposant à l'orthodoxie néo-Confucianiste des Ming. Sa carrière n'est pas spectaculaire. Juste après ses 60 ans, il parvient à y mettre fin vers 1522 CE sous prétexte de maladie. Il peut désormais se consacrer à la poésie et à la calligraphie.

Le 12 septembre à New York, Sotheby's vend une calligraphie réalisée par Zhu en 1525 CE de l'Ode à la Déesse de la Rivière Luo, lot 1028 estimé $ 800K, Le rouleau de 33 x 850 cm est déroulé sur la vidéo intégrée dans le tweet ci-dessous.

Cette histoire est typique des racines les plus anciennes de la poésie Chinoise, sur le thème des amours passionnées entre un mortel, souvent un prince, et une déesse ou une nymphe. Le catalogue n'indique pas quelle est la source du texte copié mais la version la plus connue avait été écrite par Cao Zhi 1300 ans auparavant, à l'époque de l'explosion finale de la dynastie Han. La page de Zhu sur Wikipedia est illustrée par une calligraphie d'un autre poème de Cao Zhi.

Zhu a un tempérament impétueux et un talent spécifique pour l'écriture cursive. Cette Ode est le chef d'oeuvre de la fin de sa vie, privilégiant une rapidité farouche d'exécution pour favoriser l'impression de spontanéité et suivre les variations de rythme du poème.