24 sept. 2019

Le Sourire du Fou

Non loin d'Anvers, Mechelen (Malines) a aussi une activité artistique intense, mais elle est malheureusement très peu documentée. Les oeuvres, non signées et généralement non datées, peuvent difficilement être attribuées à l'un ou l'autre des artistes dont certains, comme le Maître de 1537, sont encore anonymes. La personnalité dominante est Frans Verbeeck, reçu en 1531 à la guilde locale des peintres et mort en 1570.

Ce groupe est cependant important dans l'histoire de l'art. Il assure une transition entre Bosch et Bruegel. Le principal thème est l'illustration des proverbes, souvent personnalisés par les fous. Le thème des fêtes villageoises est une de leurs innovations, précédant Pieter Bruegel.

Une moquerie des folies humaines mettant en scène un marché aux fous a été vendu pour € 3M incluant premium par Dorotheum le 21 octobre 2014. Cette huile sur toile est remarquable par le foisonnement de l'action et par ses grandes dimensions, 135 x 188 cm.

Le 27 septembre à Zurich, Koller vend un proverbe, huile sur panneau 34 x 25 cm peinte dans la décennie 1550 par le groupe de Verbeeck, lot 3012 estimé CHF 500K. L'estimation de date est confirmée par dendrochronologie.

Cette oeuvre est le portrait à mi-corps d'un personnage vêtu du manteau rouge d'un fou du roi affublé d'une capuche avec deux longues oreilles de chien. Le sourire imbécile est dans le style des grotesques et des diableries.

Le proverbe est facilement identifiable : "door de vingers zien", je regarde le monde au travers de mes doigts. Pour éviter d'affronter la réalité, le fou a ôté ses lunettes qu'il tient dans une main, tandis que les longs doigts de l'autre main sont placés sur les yeux. Il maintient avec son bras un grand bâton terminé par la figure d'un fou, probablement un portrait statufié du même personnage.

Le tweet montre un détail de l'image.