30 oct. 2019

L'Homme de Boccioni

Marinetti crée le Manifesto del Futurismo en 1909. Sa stratégie est de choquer, pour mettre fin à l'affaiblissement de la culture italienne et créer de nouvelles formes littéraires adaptées à la civilisation moderne de vitesse et de violence. Le passé doit être oublié.

L'année suivante, un groupe de jeunes artistes publie un autre manifeste, pour appliquer les idées nouvelles à la peinture. Umberto Boccioni est le théoricien du groupe. Peut-être se rend-il compte que l'expression du mouvement par la peinture est difficilement lisible pour le public. Le chien mille-pattes créé par Balla en 1912 est un peu ridicule.

Sans délaisser la peinture, Boccioni s'intéresse désormais à la sculpture, qu'il n'avait jamais pratiquée. Il publie seul en avril 1912 le Manifesto tecnico della scultura futurista. Il est également inspiré par les fragmentations Cubistes de Picasso et Duchamp-Villon.

Boccioni crée en 1913 trois études en plâtre dans lesquelles le mouvement est illustré par une extension musculaire. Il crée ensuite un homme en marche, synthèse de ses théories. Pour bien marquer à quel point son approche est une incitation pour un art nouveau, il intitule cette figure Forme uniche della continuita nello spazio.

La Forme uniche est restée la seule sculpture importante de Boccioni, l'artiste qui allait trop vite, mort piétiné par un cheval en 1916. Elle exprime une énergie humaine extrême tout en abandonnant le réalisme, et ouvre la voie à Giacometti, à Moore et aussi aux transformations successives du Nu de dos par Matisse et aux robots humanoïdes du cinéma. Elle a été choisie en 1998 pour illustrer la pièce italienne de 20 centimes d'euro.

Les quatre sculptures séminales de Boccioni n'ont pas été éditées de son vivant. Les trois premières ont été détruites en 1927. La Forme uniche a survécu. Deux bronzes ont été créés en 1931. L'un d'eux apporte un raffinement, un piédestal sous chaque pied, qui ajoute à l'extrême dynamisme de la figure. Cette configuration a été éditée en dix exemplaires en 1972.

Un bronze de 117 cm de haut à patine dorée de l'édition de 1972 est estimé $ 3,8M à vendre par Christie's à New York le 11 novembre, lot 18 A. Malgré son importance dans l'histoire de la sculpture moderne, cette figure est extrêmement rare sur le marché de l'art : aucun exemplaire n'avait été offert aux enchères depuis 1975.