1 oct. 2019

Un Trésor National Mexicain

La très courte période Momoyama, de 1573 à 1603 CE, est caractérisée par une ouverture du Japon, avec un commerce intense et une curiosité toute nouvelle envers les étrangers et leurs bizarres coutumes.

Le Japon se referme en 1638 CE. Entre temps des paravents étaient parvenus au Mexique. Pendant un siècle cette forme d'art sera très appréciée par l'élite créole. Le mot Japonais byobu est hispanisé en biombo.

Vers la fin du 17ème siècle plusieurs luxueux biombos sont réalisés à l'huile sur toile sur les thèmes de la Conquista sur une face et de la vue à vol d'oiseau de la Ciudad de Mexico sur l'autre face. Ils sont articulés en dix éléments. Un de ces biombos est conservé au Museo Franz Mayer à Mexico City. L'illustration est très détaillée.

La face épique montre les évènements sanglants de la conquête de Tenochtitlan de 1519 à 1521. La narration montre pêle-mêle un grand nombre d'épisodes en identifiant les personnages des deux armées. Certains personnages éminents comme Moctezuma et Cortés figurent sur plusieurs scènes. La traitresse Malinche, esclave, maîtresse et interprète de Cortés, n'est pas oubliée. Les chevaux et les armes à feu ont largement contribué à la supériorité Espagnole.

Tenochtitlan était une ville admirable par sa construction géométrique, avec des rues perpendiculaires. Les conquérants ont conservé ce plan d'ensemble quand ils ont transformé la capitale Aztèque en Ciudad de Mexico pour leur usage colonial. Ils étaient fiers de cette ville dont la conception n'avait aucun équivalent dans le monde. L'image des biombos est copiée d'une carte de 1628. Les noms des principaux monuments coloniaux sont indiqués.

Un biombo pliant de dimensions hors tout 2 m x 5,60 m avec des cadres en bois est à vendre par Sotheby's le 11 octobre, lot 1 estimé $ 3M. Il est classé au Patrimoine National du Mexique d'où il ne peut pas être exporté de façon permanente. La vente aura lieu uniquement en ligne. Je vous invite à regarder la vidéo partagée par Sotheby's.