1 nov. 2019

Le Secrétaire d'Estat

Maître Géraldine d'Ouince, travaillant pour la maison de ventes De Baecque, effectue un inventaire dans une maison de campagne. Un buste en bronze en grandeur nature attire son attention. L'homme est identifié avec une date par une plaque à l'arrière : "Paul Phelypeaux seigneur de Pontchartrain, Secrétaire d'Estat, 1610".

Ce personnage à l'attitude sérieuse avait été un des plus grands administrateurs français de son temps. La tradition de service de la famille Phélypeaux était très ancienne: un ancêtre était garde des sceaux du comte de Blois en 1297.

Paul fait sa carrière à la cour. Il devient secrétaire du roi Henri IV en 1591 et secrétaire des commandements de la nouvelle reine, Marie de Médicis, en 1600. Il atteint la plus haute responsabilité de l'administration, avec le titre de secrétaire d'état, en avril 1610. Quand le roi est assassiné trois semaines plus tard, il perd ce titre mais assiste directement Marie devenue régente. Sa famille restera pendant deux siècles au plus haut niveau des administrateurs du royaume. C'est dans cette famille que le bronze vient d'être identifié.

L'expertise a été conduite par le Cabinet Sculpture et Collection. Le bronze à patine brune est d'une qualité exceptionnelle. Il mesure 88 cm de haut en incluant la base. Son épaisseur est inhabituelle et il pèse plus de 80 Kg. Il a été entièrement ciselé pour faire apparaître de la façon la plus réaliste les plus petits détails de la peau, de la barbe, des cheveux et du vêtement.

A cette époque les portraits en bronze sont extrêmement rares en France, et réservés aux effigies de la famille royale et des plus grands ministres. Paul Phélypeaux servait l'état sans se montrer en public et ses mémoires ne mentionnent pas de projet d'effigie. Il meurt en 1621. Le bronze a très certainement été commandé par sa veuve pour orner la concession funéraire dans l'église St Germain l'Auxerrois. Il est illustré dans cette position dans des documents de la fin du XVIIème siècle.

La rareté de ces bronzes a permis d'identifier le sculpteur avec une quasi certitude. Un seul artiste avait ce savoir faire à Paris à cette époque. Né à Florence en 1580, Francesco Bordoni avait travaillé dans l'atelier de Giambologna. Il était arrivé en France peu après la nouvelle reine. Il ne pouvait pas ignorer le travail de Phélypeaux auprès de la reine Marie et avait réalisé vers 1613 un ange en bronze pour Saint-Germain l'Auxerrois.

Ce buste sera vendu à Paris (Hôtel Drouot) par De Baecque le 20 novembre, lot 105. Je vous invite à lire le communiqué de presse préparé par Drouot et à regarder la vidéo présentée par Maître d'Ouince et partagée par Artcento.