8 nov. 2019

L'Or de Warin

L'édit du 31 mars 1640 modernise la monnaie française. Le louis remplace l'écu comme unité de monnaie d'or. Cette réforme a pour objectifs de réduire la circulation en France de la pistole espagnole et de rendre plus difficile les contrefaçons. La frappe au balancier, remplaçant le marteau, permet d'obtenir une excellente régularité des pièces. La tranche est cannelée pour éviter les rognures. L'opération est confiée au Contrôleur général des monnaies, Jean Warin.

Les pièces de circulation sont le double-louis, le louis et le demi-louis. Pour lancer cette opération, des pièces de 10 louis, 8 louis et 4 louis sont également éditées, en très petites quantités. Elles entrent dans la catégories des 'pièces d'hommage' ou 'pièces de plaisir'. Elles n'ont pas été documentées et la seule utilisation supposée est à la table du jeu du roi. Une telle opération ne sera jamais répétée et ces pièces sont les plus prestigieuse de l'histoire de la monnaie française.

Le cardinal de Richelieu, ministre de Louis XIII, était l'instigateur de cette réforme. Il en profite pour réduire habilement le titrage d'or de 0,958 à 0,917.

Elles montrent sur une face le portrait de Louis XIII de profil et la date de 1640. Le buste est nu pour les 4 et 8 louis et drapé pour la 10 louis. L'autre face montre les attributs de la royauté, couronnes, fleurs de lys, des L entrelacés qui forment une croix, et la lettre A qui désigne l'atelier de Paris.

Une 8 louis pesant 53,68 g a été vendue pour € 210K incluant premium par Rouillac le 11 juin 2017. Une 4 louis pesant 26,86 g a été vendue pour € 290K incluant premium par Briscadieu  le 20 septembre 2019.

Le 19 novembre à Genève, NGSA (Numismatica Genevensis) vend un exemplaire de la plus lourde monnaie d'or française, une 10 louis pesant 67,49 g, avec une enchère de départ de CHF 500K, lot 657 ici lié sur la plate-forme d'enchères Biddr.