6 nov. 2019

Un Tetradrachme Sicilien

Syracuse est une des principales villes du monde grec antique. Le processus grec de fabrication des monnaies d'argent y est transféré il y a 2500 ans. La plus haute dénomination est le decadrachme. Les premiers tetradrachmes de Syracuse sont illustrés au revers par la tête de la nymphe Aréthuse de profil et de l'autre côté par un quadrige avec son conducteur et une victoire ailée qui apporte les lauriers.

Vers 415 BCE l'image devient dynamique. Les chevaux qui étaient précédemment statiques sont désormais montrés en plein galop et la victoire vient couronner l'homme plutôt que les chevaux. A la même époque les modèles prestigieux commencent à être signés, certainement pour apporter une garantie sur la pureté de l'argent. Ces essayeurs de l'ancien temps sont assez nombreux mais les plus belles pièces sont l'oeuvre de Kimon ou Evainète.

Le chef d'oeuvre de Kimon est un tetradrachme frappé en haut relief entre 405 et 400 BCE. Chacune des faces est connue avec deux variantes de matrices et trois de ces matrices sont signées. Aucune de ces matrices n'a été appairée pour une autre utilisation, ce qui confirme que cette émission est une monnaie de prestige.

Sur les deux faces, la clarté du style graphique est remarquable. Cette pièce est une des très rares monnaies Siciliennes de cette époque à montrer une effigie en pleine face. L'action brutale du marteau fragilise le revers. Kimon transfère Aréthuse du côté face pour améliorer le portrait.  La perfection de ce modèle sera admirée par Goethe.

Le plus beau spécimen connu du tetradrachme de Kimon, parfaitement centré, a été vendu pour CHF 2,3M hors frais par NAC le 26 mai 2014. Il sera vendu le 18 novembre à Genève par NGSA (Numismatica Genevensis), lot 1 ici lié sur la plate-forme d'enchères Biddr.