3 déc. 2019

La Foulée de Jesse Owens

Jesse Owens est passionné par la course à pied. A l'âge de 15 ans, il rencontre Charley Paddock, champion olympique sur 100 mètres à Anvers en 1920. Paddock compensait une morphologie ordinaire par une stratégie de course innovante, terminant le sprint par un bond sur la corde.

Owens n'a pas non plus un physique exceptionnel. Il met au point une foulée rapide avec un contact minimal des pieds sur la piste. Cette innovation est très efficace pour le sprint, le saut en longueur et la course de haies. Il atteint le plus haut niveau en mai 1935, gagnant quatre épreuves en 45 minutes, au cours desquelles il bat ou égalise six records du monde.

Il est bien sûr qualifié pour les Jeux Olympiques de Berlin en 1936. L'enjeu est tout d'abord sportif. Les Jeux Olympiques sont la meilleure place pour démontrer qu'il est l'homme le plus rapide du monde. Le public attend un exploit de sa part.

L'état mental de Jesse Owens en compétition est exceptionnel. Ses records de 1935 avaient été obtenus malgré un dos très douloureux suite à une chute accidentelle. A Berlin, il parvient de façon similaire à faire abstraction de la pression psychologique. Il gagne sans difficulté quatre médailles d'or : 100 mètres, saut en longueur, 200 mètres et relais 4 x 100 mètres.

Hors de la piste, il est un Afro-Américain au temps de la discrimination raciale. La doctrine amateuriste dans le sport est sans pitié. Dès son retour des Jeux de Berlin, il cherche des compensations financières et est exclu de toutes les compétitions amateurs. Sa carrière sportive est terminée.

Sa participation aux Jeux de Berlin était exemplaire et a fait l'objet de récupérations politiques, s'appuyant sur le fait que Hitler attendait la victoire d'un Aryen aux épreuves les plus importantes auxquelles il assistait personnellement. Contrairement à Joe Louis ou Jackie Robinson, Jesse Owens ne trouvera pas une position charismatique contre le racisme, rejetant puis soutenant le salut black power de Smith et Carlos aux Jeux Olympiques de 1968.

A l'époque des Jeux de Berlin, les médailles des vainqueurs sont frappées selon un modèle unique, sans identification du sport ni a fortiori du nom du vainqueur. Les médailles d'or sont en argent plaqué or. Des répliques ont également été frappées pour des utilisations louables. L'authentification d'une médaille des Jeux de Berlin nécessite une provenance irréprochable et une analyse par un expert spécialisé.

Deux médailles de Jesse Owens ont été confirmées comme authentiques par James Greensfelder, auteur d'un guide de référence des médailles Olympiques. L'une d'elles, qui avait été donnée par le champion au danseur de claquettes Bojangles, a été vendue pour $ 1,47M incluant premium par SCP Auctions le 7 décembre 2013.

Une autre sera vendue au lot 1 dans la vente en ligne par Goldin qui se termine le 7 décembre 2019. Elle avait été donnée par Owens à un haltérophile, pour le remercier de son aide à prendre la parole dans des réunions publiques dans les années 1950 et 1960.