8 déc. 2019

Les Académies de Madame Le Brun

Louise-Elisabeth Vigée dirige parfaitement sa carrière. Avant d'avoir 20 ans, elle est membre de l'Académie de Saint-Luc, ce qui lui permet d'exercer une activité professionnelle. Elle épouse en 1776 Le Brun qui est marchand et restaurateur de tableaux, antiquaire et peintre. La même année, une commande du comte de Provence, frère du roi Louis XVI, lui donne accès à la cour.

Désormais connue sous le nom de Madame Le Brun, elle vise l'admission à l'Académie Royale de Peinture et Sculpture, dans la spécialité de peinture d'histoire. L'enjeu est difficile, parce qu'elle est une femme et parce qu'elle est l'épouse d'un marchand d'art.

Les clients suivent. Le comte d'Artois, le plus jeune frère du roi, est à cette époque un libertin qui aime les scènes légères dans le genre de Boucher, mort quelques années plus tôt. Vigée-Le Brun lui présente comme modello à l'huile sur toile une scène tirée de l'Iliade, Junon demandant à Vénus de lui prêter sa ceinture magique. Le prince accepte le projet pour le prix exorbitant de 15 000 francs.

L'huile sur toile finale 147 x 114 cm, signée Louise Le Brun et datée 1781, est exposée au Salon du Louvre en juin 1783. Les connaisseurs admirent le contraste entre l'altière Junon, reine des dieux, et la blonde Venus assimilée à une grisette, pour la plus grande satisfaction de la famille royale. Les deux femmes ont les seins nus. La plus dénudée est Vénus, avec la même couleur de peau que les jeunes femmes de Boucher.

Cette peinture est estimée € 1M à vendre par Sotheby's à Paris le 11 décembre, lot 3.

Ce thème centré sur le symbole érotique de la ceinture ne pouvait pas convenir pour l'Académie, pour laquelle Vigée-Le Brun a préparé une Paix ramenant l'Abondance. En mai 1783, Louise-Elisabeth Vigée-Le Brun et sa concurrente Adélaïde Labille-Guiard sont reçues en même temps à l'Académie Royale.

La Paix ramenant l'Abondance est une peinture faible, et Vigée-Le Brun n'est pas reconnue comme peintre d'histoire. Elle exploite désormais sa meilleure spécialité, les portraits des personnalités de la cour peints avec une grande sensibilité.