7 déc. 2019

Plus Vite, Plus Fort, Plus Haut

En 1888, le publiciste Pierre de Coubertin âgé de 25 ans décide de concentrer tous ses efforts à l'insertion du sport dans les systèmes éducatifs. Traumatisé par la guerre franco-prussienne de 1870, il voit dans le sport un moyen pour assurer la paix dans le monde. Le moment est bon : l'essor du chemin de fer a favorisé les confrontations sportives inter-villes dans plusieurs pays, et le télégraphe facilite les préparations.

Avec une remarquable ouverture d'esprit, Coubertin compare les progrès sportifs de plusieurs pays. En Angleterre, le pays du fair play, le football est un sport d'équipe pratiqué dans les collèges, notamment à Rugby, et l'établissement de règles officielles permet les compétitions. En Suède le bienfait mental de la gymnastique est officiellement reconnu. Aux Etats-Unis le sport ouvre la voie à la pratique de loisirs collectifs. Il aime moins l'utilisation du sport pour l'entrainement militaire en Allemagne mais reconnait son caractère héroïque.

L'époque est également favorable aux réunions en clubs thématiques, en Angleterre et en France. Ils seront le support du développement du projet de Coubertin. En 1891, il promulgue une devise : citius, fortius, altius. Coubertin donne l'exemple : le 20 mars 1892, il est l'arbitre de la finale du premier championnat de France de rugby.

Prenant comme prétexte le cinquième anniversaire d'un club de course à pied, une grande conférence est organisée à la Sorbonne le 25 novembre 1892, avec trois orateurs. Bourdon et Jusserand racontent l'histoire du sport. Coubertin, chargé de traiter le sport moderne, conclut son exposé en proposant le rétablissement des Jeux Olympiques.

Dans ce texte séminal, la vision de Coubertin est universelle. Les nations les plus développées aideront les autres. Il est question de pratiquer des sports en commun entre athlètes de toutes les nations avec une recherche de l'excellence individuelle, mais pas encore de compétition internationale ni de récompenses.

Le brouillon autographe de l'exposé de Coubertin, largement modifié par l'auteur dans la phase de préparation, est estimé $ 700K à vendre par Sotheby's à New York le 18 décembre, lot 173. Je vous invite à regarder la vidéo partagée par la maison de ventes.

Très remarquablement, malgré des visions forcément différentes de ses interlocuteurs internationaux, c'est Coubertin lui-même qui concrétisera son concept. Un document autographe de janvier 1894 définissant le stade et les sports est passé aux enchères chez Goldin le 29 octobre 2016. En juin 1894, il crée le Comité International Olympique.