25 janv. 2020

Apocalypse Yesterday

Adrian Ghenie est un humaniste de notre temps. Son art prend référence à des personnages dérangeants, pour le bien ou pour le mal, de notre civilisation : Darwin, Van Gogh, Duchamp, Rothko, les singes, les dictateurs, Elvis. Il considère le XXème siècle comme une période d'humiliation qui perdure aujourd'hui. Il consacre son art à questionner comment on a pu en arriver là, incluant des auto-portraits situés dans des périodes où il n'a pas vécu.

Josef Mengele, le médecin SS d'Auschwitz, occupe une place de choix dans l'art de Ghenie. Il est le personnage réel de l'horreur absolue, comme le bushranger Ned Kelly peint par Sidney Nolan.

Au tribunal de Nuremberg, le Dr Mengele n'a pas été inquiété parce que les Alliés croyaient qu'il était mort. Il a vécu en Amérique du Sud, parvenant même à obtenir un passeport allemand avec sa propre identité en 1956. Mort au Brésil en 1979, il n'avait jamais exprimé de remords et n'avait pas été pris.

Le 11 février à Londres, Sotheby's vend The Arrival, huile sur toile 210 x 165 cm peinte par Ghenie en 2014, lot 5 estimé £ 2,5M. Une ambiance trouble est apportée par une fragmentation des surfaces dans le style de Boccioni.

Dans une jungle, un homme arrive avec une valise d'un jaune vibrant. Le visage est brouillé, comme pour les personnages les plus sinistres des peintures de Ghenie sur le thème de la nomenklatura. La moustache est la même que sur le passeport de 1956. Le personnage est Mengele et la jungle symbolise l'Amérique du Sud.

La figure a perdu son mystère pour générer la répulsion : son arrivée est une annonce de terribles projets. La valise est une allusion à la fuite de Mengele quand les Alliés ont libéré Auschwitz. Il avait emporté deux caisses d'échantillons et de documents de ses expériences qui démontraient selon lui la supériorité de la race Aryenne. Il est difficile de faire plus abject.