21 janv. 2020

Connivence avec la Lune

Le surréalisme de Magritte est une juxtaposition incongrue d'éléments ordinaires facilement reconnaissables. Après guerre, il est célèbre et les spectateurs cherchent une interprétation surréaliste. Quand il n'y en a pas, comme dans L'Empire des lumières, l'artiste atteint une nouvelle dimension. Il devient un poète.

La Lune est un élément récurrent de l'art de Magritte. Complète ou en croissant, elle brille sur le crépuscule ou la nuit. En 1955 Le Maître d'école est un exemple de la nouvelle prépondérance de la poésie dans son art. Dans la lumière douce du crépuscule, l'homme au chapeau melon nous tourne le dos pour regarder un terrain vague bordé de quelques maisons. Le croissant lumineux est juste au-dessus du chapeau. Une gouache 33 x 25 cm a été vendue pour $ 6,7M incluant premium par Sotheby's le 5 novembre 2015.

La Lune est la reine de la nuit noire. En 1956 Le Seize septembre montre le croissant au-dessus d'un pré dominé par un grand arbre. On regarde de plus près : la Lune est en plein milieu de l'arbre au lieu d'être dans le ciel. Une version 162 x 130 cm peinte en 1957 a été vendue pour $ 19,6M incluant premium par Christie's le 11 novembre 2019.

Il n'y a rien d'impossible dans A la rencontre du plaisir, huile sur toile 46 x 55 cm peinte en 1962, sans relation avec des oeuvres antérieures de même titre. Probablement composée pour son cercle d'amis, cette peinture regroupe plusieurs éléments traditionnels de l'artiste. Elle est estimée £ 8M à vendre par Christie's à Londres le 5 février, lot 32.

La pleine Lune brille au-dessus d'une clairière dans le ciel encore bleu d'un crépuscule bien avancé. L'homme au chapeau est dans la même position que dans Le Maître d'école, mais presque indiscernable dans cette ambiance encore plus sombre que dans L'Empire des lumières. A gauche, la composition est complétée par le rideau de théâtre, symbole d'un monde factice.