9 janv. 2020

La Signature de John Hancock

John Hancock, très riche marchand de la Nouvelle-Angleterre, était particulièrement pénalisé par les nouvelles lois fiscales de la puissance coloniale. Son engagement dans les évènements sanglants de la résistance à Boston le rendait populaire auprès des patriotes. Il devient président du second Congrès Continental, ouvert en mai 1775, après une défaillance de santé du président initialement nommé.

Le Congrès débat de la stratégie à adopter face à l'Angleterre : réconciliation équitable ou séparation. Les partisans de l'indépendance forment un comité pour préparer une déclaration qui est rédigée par Jefferson.

Hancock préside la séance du 4 juillet 1776 au cours de laquelle les délégués acceptent le texte du comité d'indépendance. Désormais le temps presse. John Adams dira plus tard : "We were all in haste". Le document préparé par Jefferson est signé par Hancock et attesté par le secrétaire du Congrès, Charles Thomson. Il est aussitôt fourni à John Dunlap, l'imprimeur officiel des documents du Congrès.

Dans la nuit du 4 au 5 juillet, Dunlap imprime un broadcast en environ 200 exemplaires. Pour accompagner le broadcast, Hancock prépare une lettre incitant à sa proclamation publique. La lettre est écrite par un clerc en treize exemplaires les 5 et 6 juillet, et envoyée à une personnalité ou à une assemblée dans chacune des treize colonies. Un envoi similaire est fait à deux chefs de guerre dont Washington.

Chaque lettre est signée par Hancock. Sa puissante signature, d'une grande lisibilité et soulignée d'un petit monogramme, est restée proverbiale aux Etats-Unis.

Le 27 janvier à New York, Sotheby's vend une des lettres signées par Hancock, lot 2271 estimé $ 600K. Le nom de l'état destinataire a été gratté. Elle n'est pas une des neuf lettres aux états dont le destinataire a été identifié. Par élimination, elle est l'annonce de la Déclaration par Hancock pour l'usage en Georgie, Caroline du Nord, Caroline du Sud ou Virginie. Parmi les neuf lettres dont le destinataire est documenté, cinq sont actuellement perdues.

Les délégués présents à la séance du 4 juillet n'ont pas été invités à signer avec Hancock et Thomson. Le manuscrit d'origine est perdu, sans doute détruit par Dunlap après usage. Le 19 juillet, le Congrès décide de préparer une nouvelle copie pour recevoir toutes les signatures.