7 févr. 2020

Le Labyrinthe en Flammes

Maria Helena Vieira da Silva rejoint les avant-gardes artistiques à Paris en 1928. Elle a 20 ans. Bien que son art soit d'une extrême originalité, elle est influencée par les perspectives multiples des Cubistes et la fragmentation de l'espace par les Futuristes.

Son graphisme minutieux à la fois architecturé et foisonnant est guidé par des lignes de forces, dans une géométrie sans cesse renouvelée, à la limite entre l'abstraction et la figuration. Elle comprendra vers la fin de sa vie qu'elle a maintenu une passion d'enfance pour les labyrinthes, dont l'exploration révèle des visions cachées.

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, elle est à Rio avec son mari Arpad Szenes, un Juif qui a dû fuir le Nazisme. Elle intègre alors dans ses oeuvres des foules de damnés, comme par exemple dans Le Naufrage peint en 1944.

L'Incendie est également réalisé en 1944, en deux huiles sur toile 81 x 100 cm. L'ambiance étouffante aux couleurs sombres est une allusion directe aux désastres de la guerre. Les interstices entre les langues de feu dévoilent toute une armée et quelques maisons. L'Incendie I a été vendu pour £ 2,05M incluant premium par Christie's le 6 mars 2018 sur une estimation basse de £ 1,1M.

L'Incendie II a longtemps été conservé par l'artiste. Rentrée à Paris après la guerre, elle l'a retouchée pour positionner en plein centre une lumière métaphysique intense qui symbolise l'espoir retrouvé. Cette peinture est estimée £ 1,2M à vendre par Sotheby's à Londres le 11 février, lot 29.