28 févr. 2020

Les Ateliers de Bourges

Le livre imprimé a puissamment contribué à divulguer les connaissances mais il ne pouvait pas réellement concurrencer les manuscrits enluminés, contrairement à ce qu'avait voulu Gutenberg.

Demandés par les plus riches clients, les manuscrits ne sont pas conçus comme des multiples. Le plan d'ensemble définissant les textes et les illustrations n'était pas spécifié par un maître d'oeuvre mais par le commanditaire, ce qui est la seule explication plausible à la variété des thèmes religieux ou profanes traités par un même atelier. Ils sont des oeuvres d'art du plus grand raffinement dont la réalisation demande souvent la participation de plusieurs maîtres.

Plusieurs ateliers sont installés à Bourges, en collaboration fréquente avec les ateliers de Fouquet puis de Poyer qui sont à Tours. L'achèvement en 1485 et 1486 à Bourges par Jean Colombe des Très Riches Heures du Duc de Berry, qui avaient été laissées inachevées à la mort du duc en 1416, apporte à cet illustre manuscrit une conjonction de tous les styles d'enluminures, flamand, italien et français.

Le 20 mars à Paris Hôtel Drouot, la maison de ventes Binoche et Giquello disperse une bibliothèque constituée au début du XXème siècle. Cette vente permet la redécouverte d'un livre d'heures réalisé à une époque de très grand raffinement, entre 1500 et 1510, et resté dans un état de fraicheur remarquable. Il est estimé € 600K, lot 23. Voici le lien vers le communiqué de presse publié par Drouot.

Ce livre manuscrit de 156 folios 127 x 185 mm sur parchemin est constitué d'un calendrier en français, suivi de textes religieux en latin à l'usage de Rome. Il est illustré de 8 peintures en pleine page formant 4 diptyques, de 28 autres peintures de même format, de 35 petites miniatures et de 4 initiales historiées. Les grandes images sont dans un encadrement architecturé, sans bordures ornées.

Cette illustration est moderne pour son temps, avec des personnages en gros plan devant de vastes paysages, des vêtements selon la mode rapportée des guerres d'Italie et même quelques Turqueries. Le calendrier, comme celui des Très Riches Heures, est illustré des travaux des mois sans élément religieux. La religion n'est pas limitée aux Evangiles : elle inclut les nus chastes d'Adam et Eve avant le péché et de Bethsabée au Bain, les figures de St Jean l'Evangéliste et de St Jérôme, la confrontation des trois vifs et des trois morts.

L'auteur de la quasi totalité de ces peintures a fourni une oeuvre abondante reconnaissable à son style mais il est resté anonyme. Il avait aussi été un co-auteur sur des manuscrits illustrés par Colombe, Poyer et le Maître de Claude de France et travaillait certainement à Bourges. Le lot à vendre est très similaire à un chef d'oeuvre de l'artiste, un autre livre d'heures conservé dans la collection Spencer à la New York Public Library pour lequel il est désigné sous le nom conventionnel de Maître de Spencer 6.