8 mars 2020

Manuscrits Persans sur Papier Chinois

L'ambition de Timur (Tamerlan) avait été de devenir le khan des Mongols et le calife des Musulmans. Il ne pouvait pas obtenir ces titres pour des raisons traditionnelles mais il fut le plus efficace des conquérants et ne fut jamais vaincu. Sa capitale était Samarcande.

L'empire Timuride éclate après sa mort. Son fils Shahrukh règne sur la Perse et transfère la capitale de Samarcande à Herat. Il rétablit les relations avec la Chine par la route de la soie et devient immensément riche. Il ne cherche pas les conquêtes, prend le titre de sultan et protège l'Islam.

Cette accalmie politique a lieu pendant le règne de Yongle des Ming. Une première ambassade Chinoise parvient à Herat en 815 AH (1412 CE). La Chine produit des porcelaines décorées dans le goût musulman pour servir de cadeau diplomatique. La seconde ambassade en 820 AH apporte de nombreux cadeaux incluant des porcelaines mais aussi des soies, des brocarts, des velours et du papier. Cette ambassade est probablement le terminus post quem des manuscrits Persans sur papier Chinois.

Le papier de luxe Chinois est épais, et conçu pour être extrêmement doux et soyeux au toucher. Les ateliers Chinois préparent la feuille sur un fond monochrome dans un grand choix de nuances de couleurs, en bleu, rose, lavande, jaune et vert. Ils ajoutent ensuite une illustration à l'or, avec des réseaux tachetés et parfois des dessins figuratifs, sans représentation humaine pour être conforme aux principes iconographiques de l'Islam. Les ateliers Persans ajoutent leur texte par-dessus cette préparation.

Une douzaine de manuscrits Persans sur papier Chinois sont connus, dont quatre Corans. L'un de ces Corans, récemment découvert, est constitué de 534 folios 23 x 16 cm dont 29 ont été remplacés. Le texte en écriture naskh est inscrit sur chaque page dans un encadrement 14 x 9,4 cm. La reliure est Safavide. Ce livre est estimé £ 600K à vendre par Christie's à Londres le 2 avril, lot 29.