18 avr. 2020

Les Coucous par Matisse

VENTE PASSEE

Originaire du nord de la France, Henri Matisse fréquente très tôt les ateliers locaux de tissage. Il sera pendant toute sa vie un créateur de formes sur les supports les plus variés, annihilant les limites entre la figuration et l'abstraction.

Le Fauvisme est une étape brève mais décisive au cours de laquelle il expérimente la force expressive des couleurs pures. Cherchant les solutions exotiques, il voyage en Algérie en 1906 et passe deux mois en Espagne en 1910 à étudier l'art mauresque. A cette époque, des collectionneurs en avance sur leur temps comme Chtchoukine ne veulent plus de la séparation traditionnelle entre l'art et la décoration.

En 1910 à Madrid, Matisse achète à un antiquaire un tapis bicolore en assez mauvais état, dont les arabesques sont naturalistes sans être identifiables. Il est séduit par la force expressive de ce textile anonyme, proche par hasard du nouveau style qu'il a développé pour La Danse en 1909.

En variant les couleurs, il utilise son tapis comme un élément décoratif dans plusieurs peintures. Dans L'Atelier rose, huile sur toile 180 x 221 cm peinte pour Chtchoukine en 1911, il est étendu sur le grand paravent.

Les coucous - tapis bleu et rose, huile sur toile 81 x 66 cm peinte au printemps 1911, apparait comme un travail préparatoire pour L'Atelier rose. Sur la table, le vase de coucous est le prétexte pour cette image, mais le tapis utilisé comme une nappe est bien le thème principal par son invitation à l'abstraction. Le mur turquoise du fond est rehaussé de reflets roses.

Yves Saint-Laurent a vu dans l'image de cette étoffe un précurseur de son propre travail. Cette peinture qui offre un lien entre deux grands concepteurs a été le lot le plus cher de la vente de sa collection par Christie's le 23 février 2009 : elle a été vendue pour € 36M incluant premium sur une estimation basse de € 12M, lot 55.