16 avr. 2020

Les Perles de Marie-Antoinette

VENTE PASSEE

Pour son mariage avec le futur roi Louis XVI, Marie-Antoinette a reçu en cadeau une impressionnante quantité de diamants, rubis et perles de la part de sa mère, l'impératrice Marie-Thérèse, et du grand-père de son mari, le roi Louis XV. Elle adorait les bijoux et n'a pas cessé d'améliorer sa collection.

Pendant la Révolution, Marie-Antoinette qui est encore reine prévoit de s'enfuir en Autriche. En janvier 1791, aidée de sa femme de chambre, elle prépare une cassette avec ses bijoux préférés. Les bijoux atteignent Vienne mais le roi et la reine sont arrêtés à Varennes en juin 1791.

En 1795 Madame Royale, la seule survivante des enfants du couple royal, est libérée des prisons révolutionnaires et s'exile à Vienne. L'empereur François II lui restitue les bijoux tout en gardant les rubis en compensation d'une pension accordée à la princesse. Dans l'héritage de Madame Royale en 1851, un tiers des bijoux est attribué à sa nièce Louise, duchesse de Parme.

Vers 1930 Marie-Anne d'Autriche, femme du duc de Parme, décrit dans un inventaire quatre bijoux de perles et diamants dont elle atteste qu'ils proviennent de Marie-Antoinette. Ces pièces qui n'avaient jamais été publiées ni exposées ont fait partie de la vente des bijoux royaux de la collection Bourbon-Parme par Sotheby's le 14 novembre 2018.

Le lot 97, un collier de trois rangs de perles avec un fermoir de diamants, a été vendu pour CHF 2,3M incluant premium sur une estimation basse de CHF 200K. Les deux lots suivants, un collier et une paire de boucles d'oreilles, ont été vendus pour CHF 450K chacun incluant premium.

Le lot 100 était une perle 15,90 x 18,35 x 25,85mm de forme goutte assemblée dans un pendant avec un gros diamant en fermoir et un noeud de petits diamants. Cet intéressant souvenir d'une reine qui avait voulu vivre dans un luxe extrême a été vendu pour CHF 36,4M incluant premium sur une estimation de CHF 1M à 2M.