28 juin 2020

Musique Intime

Roy Lichtenstein s'approprie des images éditées ou peintes par d'autres. En les transformant, il leur donne une signification qui peut être totalement contraire à l'origine. L'agrandissement maintient la simplicité des traits qui était indispensable pour la lisibilité du minuscule original. Il atteint les fondements de l'art, sans verbiage et sans perdre son humour.

Roy offre aussi sa vision de l'histoire de l'art. Il aime les lignes pures des corps nus de La Danse de Matisse. Peinte en 1974, Artist's Studio - The Dance expose ce chef d'oeuvre d'un autre artiste sur le mur du fond, au-delà d'un grand fouillis. Sur le mur à droite, une image tronquée montre quelques notes de musique sur une portée.

En 1994 Roy redémarre un de ses thèmes les plus personnels : la jeune femme copiée d'une case de bande dessinée, colorées avec des points qui imitent les réseaux d'imprimerie. Dorénavant la femme est nue, parfois en présence d'une autre femme nue, jamais avec un homme.

Le 10 juillet à New York, Christie's vend au lot 58 Nude with Joyous Painting, huile et acrylique 178 x 135 cm peinte en 1994. Le communiqué de presse du 15 mai annonce une estimation autour de $ 30M. Je vous invite à regarder la vidéo partagée par la maison de ventes.

Dans la bande dessinée, la jolie blonde avait un chagrin d'amour. Maintenant elle est nue et le texte explicatif n'est plus disponible : elle attend simplement quelque chose de non défini qui n'est probablement pas un partenaire. Elle est peut-être en train de terminer sa toilette après avoir mis un bandeau dans ses cheveux.

Le Joyous Painting annoncé par le titre est l'image d'une portée de musique qui forme des volutes, comme dans le pastiche de La Danse. Ce symbole musical apporte une sympathique impression d'intimité innocente.