21 juil. 2020

Satin ou Mat

En 1905 le président Roosevelt a la bonne idée de confier le redesign des pièces d'or à un sculpteur, Augustus Saint-Gaudens. L'artiste prépare le double aigle et l'aigle en 1907 mais meurt pendant l'été. Le travail est achevé pour le demi-aigle et le quart d'aigle en 1908 par un autre sculpteur, Bela Pratt.

Cette initiative génère quelques difficultés de développement. Les premiers prototypes du double aigle, désignés comme Ultra High Relief, étaient conçus comme des médailles et ne pouvaient pas être utilisés pour une production de masse.

Après cette spectaculaire erreur, le relief est aplani mais pas suffisamment pour utiliser les techniques traditionnelles de finition. De nombreux essais sont effectués à Philadelphie. Les pattern coins qui n'ont pas précédé une mise en production ont généralement été fondus. Un eagle 1907 de finition satin gradé PR67 par NGC, qui avait appartenu au directeur de l'usine, a été vendu pour $ 2,2M incluant premium par Heritage en janvier 2011.

Les collectionneurs attendent des pièces brillantes pour leurs proof coins. L'usine prend l'option inverse consistant à sabler les pièces pour obtenir une surface mate. Constatant la baisse des ventes des proof coins de 1908, l'usine revient en 1909 et 1910 à une finition satin qui suscite la réprobation du très influent collectionneur William Woodin.

Les essais continuent, souvent sans être documentés, pour essayer de concilier les contraintes techniques et la satisfaction des clients. Un double aigle 1910 d'une finition précédemment inconnue vient de faire surface. Il a été gradé SP66+ par PCGS et sera vendu par Heritage à Dallas le 4 août, lot 4113.

Les surfaces de ce spécimen ont une meilleure réflexion que la finition satin, certainement due à un polissage soigné des matrices. La couleur est vive, entre or et orange, et la qualité de la frappe est presque parfaite.

Cette expérience n'a pas été suivie. Après un débat à l'ANA Convention en 1910, les proof coins sont à nouveau sablées en 1911.