18 août 2020

Un Kard Moghol

VENTE PASSEE

Rien n'est trop beau pour les empereurs Moghol de l'Inde. Le prince Salim, qui succède à Akbar, est connu sous le nom de Jahangir qui signifie le possesseur du monde. Le plus compétent de ses fils, qui lui succède en 1628 CE après une courte guerre civile, prend aussitôt le nom de règne de Shah Jahan, le roi du monde.

Le 19 juin 2019, Christie's a vendu au lot 387 pour $ 3,4M incluant premium sur une estimation basse de $ 1,5M un kard qui atteste du caractère cosmopolite de l'art Moghol.

Le kard est un couteau de ceinture à lame droite, avec une poignée mais sans garde. L'exemple vendu par Christie's a 30 cm de long incluant la lame en acier trempé et une poignée de 11 cm. Les incisions d'or sur le dos de la lame sont de style persan.

La poignée est d'un type extrêmement rare, qui n'a pas livré ses secrets. Elle est en jade vert très pâle, que les Moghols importaient de Chine. Son terminal servant de pommeau est une tête sculptée en ronde bosse, avec une fraise. Cette tête est inhabituelle dans l'art Hindou mais correspond au goût des Européens, qui ne travaillaient pas le jade.

Une tête humaine au-dessus du fourreau d'une dague apparaît sur une image posthume de Jahangir, montrant le prince avant son accession au trône. Un attribut similaire existe aussi sur une image remémorant la jeunesse de Shah Jahan. Rien ne permet de supposer que la lame et la poignée aient été préparées en même temps. On retiendra l'hypothèse d'un assemblage réalisé dans la phase de transition entre ces deux empereurs. La couleur du jade semble cohérente avec cette hypothèse.

La physionomie réaliste du personnage d'apparence juvénile laisse supposer qu'il était suffisamment cher à un haut dignitaire Moghol, peut-être un empereur, pour qu'il l'exhibe à sa ceinture. Aucune hypothèse n'est proposée concernant son identité. Je suggère qu'il s'agit du portrait posthume d'un frère ou d'un fils d'un empereur. La fraise est inexpliquée.