4 sept. 2020

Cheval par Han Gan

VENTE PASSEE

La peinture sur soie à l'encre et couleurs existait déjà sous les Han, avant l'invention du papier. Dès 550 CE un critique d'art définit six principes à considérer pour apprécier une oeuvre figurative. Le premier principe n'est pas dérogeable : l'artiste doit transférer son énergie dans son art. Il est aussi la base de l'art calligraphique.

Les Tang sont de grands protecteurs des arts. Les peintures narratives mettent en scène des groupes dans des situations complexes, avec des détails pittoresques. L'empereur Taizong inaugure aussi la passion des Tang pour le cheval, auxiliaire indispensable du guerrier. Il commande à Yan Liben les portraits de ses chevaux préférés.

Les chevaux impériaux Tang font l'objet d'une sélection, intégrant les meilleures races étrangères. L'apogée est atteinte sous le règne de Xuanzong. Son écurie est réputée héberger 40 000 chevaux, dont certains sont spécialement dressés pour danser devant l'empereur. Le polo, la chasse et les joutes sont pratiqués avec passion. Le principal peintre de chevaux est Chen Hong.

Vers 750 CE l'artiste autodidacte Han Gan est remarqué pour ses talents d'artiste et invité à collaborer avec Chen Hong. Han Gan délaisse la stylisation pour le réalisme. Le portrait de cheval, parfois avec un cavalier ou un palefrenier, devient son thème exclusif. Chaque animal est observé individuellement.

Le 15 mars 2017, Christie's a vendu au lot 509 pour $ 17M incluant premium l'image d'un cheval par Han Gan, 32 x 38 cm, très lisible mais abondamment fissurée. L'animal à l'élégante robe bicolore marche avec une digne lenteur. Le colophon de l'empereur Qianlong inclut pas moins de douze marques impériales et l'oeuvre est répertoriée au catalogue de sa collection, le Shiqu Baoji.

Le très long règne de Xuanzong est culturellement splendide et politiquement catastrophique. L'empereur a délaissé la gestion pour se consacrer aux plaisirs. Il est déposé en 756 CE après une courte guerre civile. Cette date est probablement le terminus ante quem pour une peinture autographe par Han Gan.