21 sept. 2020

Couple de Lions en Porcelaine de Meissen

VENTE PASSEE

Auguste le Fort réunissait à titre personnel les couronnes de Saxe et de Pologne, sous le nom respectivement de Frédéric-Auguste I et Auguste II. Mégalomane et tenté par l'absolutisme, il s'inspirait de Versailles pour embellir sa capitale Dresde.

L'alchimiste Böttger cherchait la pierre philosophale au service d'Auguste et bien entendu il ne la trouvait pas. Il expérimenta des températures de plus en plus hautes auxquelles il soumit des pâtes à base de kaolin. Il créa ainsi pour la première fois en Europe une porcelaine dure comparable à la porcelaine de Chine.

Auguste comprend tout de suite l'intérêt de cette invention pour son propre prestige. Il fonde en 1710 la manufacture de porcelaines de Meissen, à proximité de Dresde. Il fait collecter des céramiques de toutes provenances afin de démontrer la supériorité de sa nouvelle porcelaine de Saxe.

Les métaphores animales sont à la mode. Auguste conçoit vers 1730 une ménagerie en porcelaine dans laquelle les petits animaux seront en grandeur nature, les oiseaux souvent par groupes de quatre ou huit. Des salles entières devront être consacrées à leur exposition dans son Palais Japonais, à Dresde. Les artistes de Meissen commencent à préparer des centaines de sujets.

Cette nouvelle technique est particulièrement difficile pour les figures de grande dimension. La glaçure ne peut pas être faite au trempé. Le traitement thermique crée des rétrécissements et des fissures, à tel point que leur mise en couleurs, illusoire en termes de rendement, n'est pas développée.

La mort d'Auguste en février 1733 met fin à la commande de la ménagerie spécifique mais son successeur continue à protéger Meissen, dont l'édition commerciale de petites figures aux couleurs brillantes devient la spécialité.

Une paire de sculptures de 50 cm de haut et 80 cm de large montrant un lion et une lionne couchés a été vendue pour £ 2,8M incluant premium par Christie's le 18 décembre 2006, lot 51. Conçues en 1732, elles ont été réalisées en porcelaine blanche de Meissen, avec quelques exemples des inévitables anomalies de mise à feu de cette période. Elles étaient restées dans la descendance d'Auguste.