19 sept. 2020

Le Triomphe du Râteau

Pour Gerhard Richter, le rôle de l'artiste est de créer une image. Elle peut être figurative ou abstraite : il s'ingénie à faire se rencontrer ces deux extrêmes. Ce n'est pas par hasard qu'il intitule Abstraktes Bild (AB) sa très longue suite de peintures abstraites.

Au début des années 1980, il crée des abstractions multicolores en ajoutant et retirant successivement sur ses toiles des couches de couleurs transparentes, de préférence sur des fonds brillants. Il développe la solution technique convenant à ce besoin en 1986, avec des râteaux de grande largeur et une finition au pinceau.

Gaitonde n'a pas donné d'explications sur la création de ses propres abstractions, mais le râteau y a certainement aussi le rôle principal. Tandis que l'artiste zen révèle la variété à partir d'une monochromie, Richter obtient un enchevêtrement complexe de couleurs brillantes qui rejoint Pollock et de Kooning.

Richter est habile. Il acquiert très vite la maîtrise de ses râteaux. En 1987 il n'a déjà plus besoin du pinceau. AB 649-2, huile sur toile 200 x 200 cm, est estimée HK$ 120M à vendre par Sotheby's à Hong Kong le 6 octobre, lot 1118

Pour préparer une exposition à Londres, Richter s'amuse à créer des abstractions basées sur les couleurs des Parlements de Monet. Son inspiration pour l'AB 649-2 n'est pas connue, mais cet opus s'inscrit dans la nomenclature après AB Brick Tower (643-1) et AB Tower (séries 646 et 647) et avant les autres titres de Londres (séries 652 et 653).

Le tweet montre un détail de l'image.