16 oct. 2020

Mythologies par Picabia

Avec ses Transparences, Francis Picabia tente un nouveau style de peinture surréaliste composée de dessins au trait enchevêtrés sans perspective. Le spectateur cherchera à les percevoir individuellement et à trouver un lien entre eux en s'aidant du titre. L'artiste transcende le temps en se référant simultanément à plusieurs périodes de l'art ancien.

La première exposition a lieu à Paris en 1928. Léonce Rosenberg, propriétaire de la galerie L'Effort Moderne, est convaincu et achète pour son usage personnel plusieurs peintures qui iront décorer son appartement auprès d'oeuvres de Léger et De Chirico.

Minos, huile, aquarelle et crayon sur panneau 151 x 97 cm, est peint en 1929 sur une commande spécifique de Rosenberg. Minos est ce roi de Crète qui enfermait dans le Labyrinthe le Minotaure, un des emblèmes inspirateurs du surréalisme. La statue d'Auguste en Jupiter Capitolin est mêlée aux éléments de la Vierge à l'Enfant avec Cinq Anges par Botticelli. Par la différence d'échelle, Jupiter apparaît comme une poupée dont les pieds sont tenus par deux mains chrétiennes.

Minos est estimé € 2,8M à vendre par Sotheby's à Paris le 21 octobre, lot 10. Je vous invite à regarder la vidéo partagée par la maison de ventes.

Atrata, panneau de dimensions similaires, superpose l'Atlas Farnese dans un portrait d'homme par Botticelli. La signification entomologique du titre Atrata répond à une autre passion de Picabia, impossible à décoder pour la plupart de ses visiteurs. Acheté pendant la même période par Rosenberg, Atrata a peut-être inspiré sa commande pour le Minos, une référence moins hermétique. Atrata a été vendu pour £ 3,7M incluant premium par Sotheby's le 26 février 2019 sur une estimation basse de £ 1,5M.

Picabia a été trop loin dans l'iconoclasme, même pour les surréalistes. Il met fin à cette série de Transparences en 1933.