1 oct. 2020

Orage sur la Baltique

Les conditions extrêmes exacerbent les sentiments des hommes du Nord. Emil Nolde est né près d'un village du Schleswig-Holstein, dans une zone frontalière entre l'Allemagne et le Danemark. Il n'est pas un coloriste symbolique comme Marc ou Kandinsky : il exprime les couleurs avec une intensité exacerbée par sa foi religieuse, dépassant les Fauvistes. 

La nature est plus belle quand elle est hostile. Ses cieux d'orage sont aussi menaçants que le terrible ciel rouge du Cri de Munch. Les vagues tendent vers l'abstraction comme avaient fait les tempêtes alpestres de Strindberg. Cet extrémisme des formes et des couleurs est aussi inspiré de van Gogh.

Nolde n'a pas réussi à s'intégrer aux mouvements expressionnistes Berlinois. Frustré et déçu, il se retrouve face à la mer Baltique dans sa chère île d'Als. Il peint aux automnes 1910 et 1911 une série de 20 scènes de houle abstraites et cinglantes intitulée Herbstmeer.

Le 6 octobre à New York, Christie's vend Herbstmeer XVI, lot 10 estimé $ 6M, huile sur toile 74 x 89 cm peinte en 1911, dans son cadre d'artiste 93 x 108 cm. Les nuages forment une spirale jaune déchiquetée sur un fond violet.

L'expressionnisme primordial et vigoureux de Nolde plaisait à Goebbels, d'autant plus que l'artiste appartenait à la section Danoise du National-Socialisme. Il fut cependant un des principaux artistes "dégénérés" vilipendés par Hitler et son art n'échappa pas aux confiscations.