10 oct. 2020

Un Monet pour 164 Rats

Banksy utilise la récupération d'images pour fustiger la société de consommation qui détruit l'environnement. Le plus souvent, il surcharge des chromos, comme avait fait Duchamp pour LHOOQ.

Réalisée en 2005, Show me the Monet, huile sur toile dans un cadre d'artiste 143 x 143 cm, est une exception pour l'époque : l'oeuvre a été entièrement peinte par l'artiste. Le titre fustige le détournement de l'art par le capitalisme.

Des symboles de la négligence et du vandalisme modernes ont été ajoutés devant le pont Japonais. Au premier plan, un cône orange fluorescent signale que les ordures de la vie moderne viennent polluer les sites les plus idylliques. Deux caddies de supermarché sont échoués parmi les nymphéas.

Cette oeuvre fut une des pièces maîtresses d'une exposition intitulée Crude Oils, un autre jeu de mots mêlant explicitement le capitalisme et l'art. Une des oeuvres les plus célèbres de Banksy, la Marilyn de Warhol avec le visage de Kate Moss, est également dévoilée à cette exposition.

Crude Oils se tient à Londres en octobre 2005 dans une boutique désaffectée. L'entrée est libre, sauf que les visiteurs doivent signer avant d'entrer leur acceptation de la présence des 164 rats qui errent en toute liberté dans les locaux. Ces rongeurs avaient été loués par l'artiste à une société d'accessoires de théâtre.

Show me the Monet est estimé £ 3M à vendre le 21 octobre à Londres par Sotheby's, lot 106. La maison de ventes affirme qu'aucun rat n'est prévu dans leur exposition. Le cadre d'artiste n'est peut-être pas truqué mais son épaisseur n'est pas indiquée au catalogue.