30 déc. 2020

Adorations Flamandes

Les triptyques pliants sont très à la mode à Anvers au tout début du XVIème siècle, pour la dévotion privée et les pièces d'autel. Jan de Beer développe de nouveaux thèmes iconographique dont une Adoration des Mages dont il existera de nombreuses variantes, montrant une animation abondante.

Pieter Coecke van Aelst, dont le nom indique qu'il est né à Alost, est apprenti auprès de Jan van Dornicke dont il épouse la fille en 1525. Il apporte dans le style flamand l'influence italienne, avec une action plus dramatique, des éléments d'architecture inspirés par l'antiquité et la qualité vénitienne de la peinture des étoffes. Coecke dirige l'atelier après la mort de son beau-père en 1527.

Le 29 janvier à New York, Sotheby's vend un triptyque flamand à la peinture à l'huile, lot 103 estimé $ 2,5M. Cette pièce est en excellent état dans son cadre d'origine. Le panneau central, 105 x 70 cm, est une Adoration des Mages. Les panneaux latéraux, 105 x 30 cm, sont une Nativité animée par de nombreux anges et une Présentation au Temple incluant d'intéressants détails liturgiques.

Le sujet ne suffit pas à proposer une attribution, bien que la mort de van Dornicke soit probablement le terminus ante quem de cet arrangement des trois thèmes. L'influence italienne fait opter pour Coecke pendant la courte période où il travaillait pour son beau-père.

L'oeuvre de Pieter Coecke van Aelst fut abondante et variée. Il était apparenté à Goltzius par son second mariage. Il traduisit Vitruve en flamand. Sa veuve influencera Pieter Bruegel. Elle eut un grand rôle dans l'art flamand en assurant l'éducation artistique de ses petits-fils Pieter Brueghel le Jeune et Jan Brueghel l'Ancien.