5 déc. 2020

Apesanteur

Alexander Calder avait beaucoup d'humour mais l'anecdote de sa visite chez Mondrian en 1930 est sans doute vraie. Il aimerait bien que les petites feuilles accrochées au mur par le maître s'envolent pour occuper l'espace. Il définit une nouvelle forme d'art abstrait, composé de plaques de métal ou de verre qui bougeront au gré du vent.

Son expérience s'accumule au fil des ans. Pour que ses mobiles à pendre soient spectaculaires, il augmente le nombre de plaques et agrandit l'envergure, diminuant proportionnellement la visibilité sur le fil unique qui lie l'objet au plafond. Il donne parfois à l'oeuvre un titre inspiré de la nature et ajoute de la poésie par le choix des couleurs.

Il mène ses mobiles jusqu'à la limite de l'impossible. Il est ingénieur mais sa méthode comporte certainement une grande part d'empirisme. Rien ne doit basculer dans ses structures. Quand une plaque trop lourde est entrainée vers le bas, il fait des trous pour ajuster son poids, tout simplement. Black Lace, 160 x 280 cm, est un exemple de ce processus, réalisé vers 1947. Ce mobile a été vendu pour £ 5,2M incluant premium par Sotheby's le 8 mars 2017.

Un mobile 107 x 213 cm réalisé en 1951 est un exploit par l'alignement de ses plaques autour d'un plan horizontal. Il a été vendu pour $ 4,9M incluant premium par Sotheby's le 13 mai 2013.

Réalisé la même année, Mariposa, 317 x 310 cm,  est l'exploit inverse par rapport à l'exemple précédent, avec une hauteur sensationnelle. Le point d'ancrage sépare une grosse plaque d'une arborescence de dix-huit petites plaques dont trois ont été percées. 

La diminution progressive des plaques et leurs couleurs vives peut donner l'idée d'un vol de papillons rouges, blancs, noirs et jaunes. Cette oeuvre a été achetée directement à Calder par le patron des grands magasins Neiman Marcus dont l'emblème est le papillon. Abondamment exposée dans les magasins, elle était restée dans la famille. Elle est estimée $ 6M à vendre par Sotheby's à New York le 8 décembre, lot 4.