28 déc. 2020

Bernini Père et Fils

Autour des papes, l'aristocratie romaine retrouve les plaisirs des jardins et salons peuplés de statues de marbre. Les objets antiques constituent la base de ces nouvelles décorations tout en apportant une évidente frustration : le thème dépend du hasard des fouilles, les statues sont incomplètes et requièrent d'importantes et couteuses restaurations.

Pietro Bernini est installé à Rome depuis 1605. Ses principaux clients sont les familles Borghese et Strozzi. Compétent et inventif, il propose de nouveaux thèmes à la mode antique tout en incluant les mouvements exagérés et les multiples angles de vue du maniérisme moderne.

Son fils Gian Lorenzo est extrêmement doué mais trop jeune pour pouvoir recevoir des commandes en son nom. A partir de 1615 il développe la sculpture baroque, qui ajoute la vitalité au maniérisme. Les clients retrouvent dans ce nouveau style la puissance expressive du Laocoon.

Le prince Strozzi prépare sa luxueuse villa, pour laquelle il demande de nombreuses contributions à Bernini. Grand amateur d'antiquités, il commande en particulier deux groupes de quatre statues, tous deux sur le thème des Quatre Saisons. L'un d'eux est composé de deux marbres antiques et de deux ajouts modernes. L'autre est entièrement l'oeuvre de Bernini.

La série complète réalisée par Bernini n'a pas été dissociée. Elle est conservée dans la collection Aldobrandini. De l'autre groupe, les deux statues antiques ont disparu, une autre n'a pas été identifiée, et la quatrième, l'Automne, provenant de la collection Hester Diamond, est estimée $ 8M à vendre par Sotheby's à New York le 29 janvier, lot 121.

Les deux Automnes ont une hauteur comparable, 125 cm pour le marbre Diamond, mais aussi d'importantes différences. L'Automne Aldobrandini, assis, est presque en grandeur nature. L'Automne Diamond est debout. Il a une main sur un tronc sans être adossé, avec une remarquable maîtrise de l'équilibre.

Les détails anatomiques, incluant les muscles saillants, et l'expression de bonheur intense du satyre Diamond, résolument baroques, prouvent que le jeune Bernini en est l'auteur principal. L'antériorité ou non de cette oeuvre par rapport au satyre Aldobrandini ne peut pas être établie. La date de 1616 est proposée. Incontestablement, les styles des deux sculpteurs divergeaient déjà. Ils cessent de collaborer en 1619 après que Gian Lorenzo ait atteint sa majorité.

Rubens, le maître de la peinture baroque, a également traité vers la même époque le thème du satyre porteur de fruits.