20 déc. 2020

Cuivre et Argent

Pour la mise en place de la monnaie fédérale, le problème majeur n'est pas le dollar mais le cent, qui sert à toutes les transactions de la vie quotidienne. Dans l'anarchie monétaire de cette époque, il est facile de fondre des pièces de cuivre pour les recréer avec un moindre poids. En 1787 le Fugio cent est une tentative de contrôle fédéral sur cette dénomination.

En 1789 George Washington devient le premier président. Il est grand temps de définir la monnaie fédérale. La même année, le Fugio cent, directement impacté par l'écroulement du prix du cuivre, est stoppé. 

La faisabilité d'utiliser le cuivre pour la petite monnaie est remise en question. Dans l'entourage du Secrétaire d'Etat Thomas Jefferson, un système bimétallique est suggéré, avec une proportion de 3 pour 1 en valeur entre l'argent et le cuivre. Technologiquement, trois solutions sont possibles : l'alliage, la couche d'argent et le plug.

L'usine de Philadelphie est créée en 1792. Les premiers efforts portent sur la définition du cent. Le premier prototype, le Birch cent, est en cuivre pur. Pour préserver l'avenir, le Chief coiner Henry Voigt effectue aussi des essais bimétalliques.

La seule variété utilisable est celle avec le plug. La surface d'argent n'est pas testée et l'alliage est falsifiable. Le 18 décembre 1792, Jefferson fait son rapport au Président. Il y joint un prototype avec un plug et un prototype réalisé par fusion. Sa conclusion est claire : le cent défini par le Congrès sera en cuivre pur. Le risque lié à l'instabilité du prix du cuivre est ainsi accepté de facto. Cette décision est ratifiée par le congrès en janvier 1793 avec une diminution du poids du cent de 264 à 209 grains.

Douze exemplaires du Silver Center Cent ont survécu. Le meilleur, gradé SP67 Brown par PCGS, sera vendu par Heritage à Dallas le 20 janvier, lot 3004.