26 déc. 2020

L'Aphrodite de Syon

VENTE PASSEE

Les riches Romains décoraient leurs jardins avec des répliques de marbres grecs. Par comparaison, on peut identifier les modèles les plus populaires au temps des Romains et émettre des hypothèses sur l'original perdu.

L'Aphrodite drapée de type Munich-Syon-Pozzuoli est copiée d'une très élégante statue grecque faite vers 420 BCE. Une attribution à Alkamenes a été proposée. L'Aphrodite de Syon a été vendue par Sotheby's le 9 juillet 2014 pour £ 9,4M incluant premium sur une estimation basse de £ 4M, lot 17. Avec 203 cm de haut, elle est plus grande que nature.

Ce spécimen, qui avait perdu ses avant-bras, avait été admiré par Aldrovandi à Rome vers 1550 dans le jardin des cardinaux Cesi. Elle était alors considérée comme une Agrippine. Elle entre en 1773 au côté d'autres marbres monumentaux dans le grand hall de Syon House, la résidence des ducs de Northumberland, identifiée comme une Livia habillée en Junon.

Cette Aphrodite était trop belle, avec son visage ovale, ses lèvres entrouvertes et ses cheveux noués dans un diadème. Elle reste à Syon sans intéresser les experts qui croient que la tête est moderne à cause d'une fissure le long du cou. Quelques restaurations avaient été faites au XVIIIème siècle, incluant la restitution d'une paire d'avant-bras. La découverte de sa jumelle vers 2002 à Pouzzoles finit enfin par confirmer l'admirable état de conservation de l'Aphrodite de Syon. Elle date de l'époque Julio-Claudienne, au début du 1er siècle CE.