30 déc. 2020

Le Camerino d'Alphonse d'Este

Alfonso d'Este, duc de Ferrare, fait aménager après 1511 un camerino dans son palais. Il obtient pour cette galerie privée la collaboration des meilleurs peintres autour de son thème favori, les scènes mythologiques. Sous le plafond doré, les cimaises en marbre donnent la luxueuse illusion d'une chambre d'albâtre. La dernière oeuvre de Giovanni Bellini, très âgé, est réalisée pour le camerino. Titien collabore après la mort de Bellini.

Dosso Dossi travaille pour le duc depuis 1514. Son frère avait été un assistant de Raphael. Il a retenu les innovations de Giorgione, qui peignait par pentimenti successifs sans dessin préparatoire. 

Un des éléments de base de la décoration du camerino est une frise de dix scènes de l'Enéide qui se font suite, probablement sur tout le pourtour de la pièce. Elles ont été peintes à l'huile sur toile par Dosso Dossi autour de 1520. L'activité y est intense et pittoresque, non sans humour, dans une interprétation très libre du poème de Virgile. Les dix oeuvres ont été séparées au XIXème siècles. Trois d'entre elles n'ont pas refait surface.

Une paire de ces peintures, 58 x 168 cm chacune, sera vendue le 29 janvier à New York par Sotheby's, lot 116 estimé $ 3M.

L'une d'elles traite de la peste à Pergame, dans une opposition totale entre la désolation morbide du premier plan et la cavalerie des émigrants qui fait une démonstration au loin. L'autre est consacrée aux Jeux Siciliens, avec des détails sur les compétitions et les trophées, incluant un boeuf couronné. Un feu d'artifice apparaît derrière une fête de cavalerie. Junon désapprouve.