10 déc. 2020

Les Boucliers Sassoon

Trois boucliers de Torah ont été exposés à Londres en 1887 et 1906. Leur conception similaire ne laisse aucun doute sur le fait qu'ils ont été réalisés par le même orfèvre. Ils avaient été collectés, très probablement ensemble, par Reuben David Sassoon. Ils sont restés dans la famille jusqu'à leur ventes respectives, en 2000 et 2020.

Dans une synagogue, l'arche de Torah est un haut meuble en bois que l'on ouvre pour accéder au livre de l'enseignement divin au moment de la prière. Elle est illustrée de nombreuses scènes symboliques ou liturgiques, qui peuvent inclure un bestiaire. Le bouclier a un rôle similaire pour la dévotion privée.

Les boucliers Sassoon sont très finement ciselés sur de l'argent repoussé. La face avant centrée par le Décalogue, est en vermeil ajouré. Ils ont la caractéristique rare d'être également illustrés au verso. Leurs dimensions sont similaires, avec une hauteur de 24,7, 20,3 et 18 cm.

Une des pièces est inscrite en hébreu par Elimelekh Tzoref en 1782 à Stanislav. Tzoref est un nom générique désignant un orfèvre. Stanislav est un village. Deux pièces portent un poinçon fiscal ultérieur de Lemberg, actuellement Lviv (Lvov) en Ukraine. Le client était probablement un riche résident de cette grande ville.

Deux des versos sont illustrés d'un plan détaillé du Temple de Jérusalem tel qu'il est traditionnellement reconstitué par le Talmud. Cette scène est animée par des processions de pèlerins et par des animaux menés au sacrifice. En s'approchant de la Torah, les fidèles croient ainsi pénétrer dans le lieu saint. Sur la troisième pièce, les images principales du verso illustrent le sacrifice et la bénédiction d'Isaac.

Le plus grand des boucliers a été vendu pour l'équivalent de $ 800K par Sotheby's à Tel Aviv le 25 octobre 2000. Il a plus tard été donné au Israel Museum à Jérusalem. Les deux autres seront vendus par Sotheby's à New York le 17 décembre, lot 26 estimé $ 600K et lot 27 estimé $ 500K.