24 déc. 2020

Pierreuse par Lautrec

VENTES PASSEES

Henri de Toulouse-Lautrec admire les jolies gamines de Montmartre. En 1885, il dessine le portrait de Carmen qui a des cheveux d'or. En 1889, il fait faire par un ami des photos du profil grec d'Hélène, sa voisine, âgée de 18 ans.

Deux oeuvres allégoriques peintes en 1889 traitent les deux attitudes extrêmes de ces jeunes adultes, la sagesse et la mauvaise vie. Les formats sont similaires mais la technique est différente. Il restitue l'ambiance des chansons réalistes de son ami Aristide Bruant, qui fait fortune en dévergondant les bourgeois dans son cabaret Le Mirliton. Les deux oeuvres sont signées HT Lautrec, masquant l'origine aristocratique de l'artiste.

La Liseuse, peinture à l'essence sur panneau, 68 x 61 cm, a été vendue pour £ 5,6M incluant premium par Sotheby's le 22 juin 2011, lot 19. Hélène est studieuse, imperturbable dans sa lecture.

Pierreuse, huile sur toile 72 x 48 cm, a été vendue pour $ 9,1M incluant premium par Christie's le 2 décembre 2020 sur une estimation basse de $ 3M, lot 37

Carmen "la Rousse" regarde quelque chose hors champ, avec attention, sans prendre garde à la mêche de cheveux qui descend sur sa joue. Le titre donne la clé : dans le langage de Montmartre, la pierreuse était la prostituée de plus bas niveau qui racole dans les rues. Cette peinture a été possédée à l'origine par Bruant et bien plus tard par Sacha Guitry.