4 déc. 2020

Un Paravent à Jean Désert

Eileen Gray est une créatrice. Elle applique très tôt les techniques de la laque japonaise et des tapis de l'Atlas Saharien à la décoration intérieure.

Il n'y a pas non plus de limite dans la variété des objets. Les panneaux qui attirent en 1913 l'attention de Jacques Doucet sont bientôt suivis de paravents pliants à la mode japonaise. Les motifs figuratifs sont vite remplacés par des abstractions de plus en plus minimalistes, selon les tendances de la peinture de ce temps incluant Mondrian et le groupe De Stijl.

L'aboutissement de cette phase est le paravent ajouré Briques, conçu en 1922 ou 1923, qui sera un de ses plus grands succès. Parmi les plus anciens exemples en bois laqué noir, un Briques à onze colonnes de 2,15 m de haut a été vendu pour £ 1,5M incluant premium par Phillips le 27 avril 2016 et un Briques à sept colonnes de 1,96 m de haut pour € 1,35M incluant premium par Christie's le 29 mars 2011.

En 1922 Eileen Gray ressent le besoin d'accroître sa visibilité commerciale. Elle ouvre un magasin rue du Faubourg Saint-Honoré sous le nom de Galerie Jean Désert. Elle n'a pas expliqué comment elle a conçu ce nom.

Une photo publiée en 1924 montre un paravent à Jean Désert. Cette pièce est composée de six panneaux 2 m x 43 cm x 1,5 cm en bois laqué brun foncé avec un décor minimaliste de traits horizontaux irréguliers et de virgules réalisés à la feuille d'argent et par des incisions. Ce modèle, probablement conçu peu avant le Briques, n'a pas eu de succès : une seule réplique est connue, avec une géométrie dans le goût de De Stijl.

Le paravent est resté à Jean Désert jusqu'à la fermeture de la galerie en 1930. Il a été vendu pour $ 1,87M incluant premium par Christie's le 12 décembre 2012, lot 32, et est estimé $ 1,5M à vendre par Sotheby's à New York le 9 décembre, lot 20.