19 janv. 2021

Jardin d'Eden par Jan Brueghel

VENTE PASSEE

Le long séjour en Italie de Jan Brueghel, de 1590 à 1596, est fructueux. Le second fils de Pieter l'Ancien y trouve les thèmes et les techniques qui assureront son propre succès.

Un de ses protecteurs est le jeune cardinal Federico Borromeo. Il est inspiré par Filippo Neri, l'apôtre de la contre-réforme qui prône un christianisme joyeux et voit la gloire de Dieu dans la diversité de la nature. Les scènes de Paradis de Jan Brueghel associent une grande variété d'animaux dans un paysage idyllique avec une référence directe à la Genèse. Il utilise dès cette première époque la technique de l'huile sur cuivre, qui permet la plus grande finesse de touche en petits formats.

Cette perception mystique de la nature inspire aussi les botanistes et les zoologistes, qui publient des catalogues d'espèces. L'invention par Jan autour de 1608 de la peinture de bouquets avec une grande variété de fleurs était une suggestion épistolaire de son ami le cardinal.

De 1612 à 1615, Jan reprend le thème du Paradis, avec une répartition plus plaisante des éléments. Il a vu les animaux exotiques de la ménagerie archiducale et a confronté ses observations avec le très innovateur Rubens, avec qui il collabore occasionnellement depuis 1598.

Le 9 juillet 2014, Sotheby's a vendu au lot 19 pour £ 6,8M incluant premium sur une estimation basse de £ 2M un Jardin d'Eden avec la Chute de l'Homme, huile sur cuivre 24 x 37 cm peinte en 1613.

La partie gauche est animée au premier plan par les animaux royaux, une paire de lions et un superbe cheval gris. Quadrupèdes et oiseaux domestiques et exotiques se répartissent dans le reste de l'image. La Chute de l'Homme, qui justifie le contexte Biblique, est la cueillette de la pomme. Adam et Eve sont deux personnages minuscules au loin, peints avec une grande finesse à un point fort de l'image entre la tête du cheval et le bec d'une autruche.