17 janv. 2021

La Dévotion Tragique d'Hugo van der Goes

Hugo van der Goes est reçu maître en 1467 à la guilde de Gand. Il apparaît comme le meilleur successeur flamand de Jan van Eyck et Rogier van der Weyden.

En pleine gloire, il quitte la ville en 1477 pour devenir frère convers dans le Rood Klooster, un ermitage en pleine forêt. Ce monastère suit la très austère règle Augustinienne. Pourtant une grande liberté est accordée à l'artiste, qui continue son oeuvre, prend des commandes et rencontre d'éminents visiteurs, suscitant la désapprobation des autres frères.

Cette retraite est sans doute déjà liée à sa santé mentale. Dépressif et surexcité, Hugo est conscient qu'il n'égalera pas van Eyck. Pourtant son influence est grande. Ses images serviront de modèles à Alexandre et Simon Bening, les meilleurs enlumineurs flamands. Sa détresse influencera la vocation artistique de van Gogh.

Hugo peint vers 1480 deux Lamentations dans un style extrêmement tragique. Le cadavre supplicié est déposé par trois hommes en présence de la Madonne et des pleureuses. La version la plus importante est une d'un seul tenant. Elle est perdue sauf un fragment, mais connue par de nombreuses copies.

L'autre version est un diptyque. Chaque aile 53 x 38 cm a été peinte à la détrempe sur une toile fine en lin des Flandres. La vue droite, avec les saintes femmes, est conservée à la Gemäldegalerie à Berlin. La vue gauche, montrant la Descente de la croix, est estimée $ 3M à vendre par Sotheby's à New York le 28 janvier, lot 7. Un des hommes est le portrait d'un patron de van Eyck.

La peinture à la détrempe, consistant à déposer les pigments sur la toile avec une colle, est une variante de la tempera. Elle donne une grande finesse picturale mais ne résiste pas à l'atmosphère froide et humide des Flandres. La conservation des deux éléments laisse supposer que ce diptyque a rapidement été envoyé en Italie. Hugo travaillait aussi pour Florence par l'intermédiaire de Portinari, qui représentait les Médicis à Bruges. La peinture à la détrempe a été également pratiquée par Mantegna et Bellini.