28 janv. 2021

Lettre d'Einstein à Roosevelt

VENTE PASSEE

En janvier 1939, Niels Bohr en visite aux Etats-Unis informe les physiciens de la maîtrise de la fission de l'atome d'uranium par l'équipe de Berlin.  Les Allemands sont en avance sur le reste du monde dans la voie qui mène à la bombe atomique. Leur résultat est confirmé par de nouvelles expériences à Paris, Columbia University et Princeton.

Les physiciens cherchent à sensibiliser le gouvernement. Fermi échoue. Szilard considère à juste titre qu'il faut que le message soit porté par un prête-nom illustre. Il choisit Einstein. Ce projet aboutit à deux lettres dactylographiées légèrement différentes, datées du 2 août 1939, que Szilard prépare et fait signer par Einstein pour communication au Président Roosevelt.

Il faut maintenant capter l'attention du président. Szilard a un allié, Alexander Sachs, qui a été un proche collaborateur de Roosevelt. Sachs se méfie des positions pacifistes d'Einstein et avait suggéré Lindbergh mais le contact avec l'aviateur avait échoué.

Un rendez-vous est enfin pris en octobre par Sachs pour remettre la lettre d'Einstein à Roosevelt. Le Président, d'abord ennuyé, comprend soudain l'enjeu : il faut éviter que les allemands fassent tout sauter. Il crée une commission qui débouchera sur le projet Manhattan, et envoie à Einstein une lettre de remerciements.

L'autre lettre signée par Einstein le 2 août avait été conservée par Szilard. Accompagnée de la lettre manuscrite d'accompagnement en allemand d'Einstein à Szilard, elle a été vendue pour $ 2,1M incluant premium par Christie's le 27 mars 2002, lot 161.

Einstein n'a jamais été informé du projet Manhattan. Après la destruction d'Hiroshima, il déclarera que sa lettre à Roosevelt a été la grande erreur de sa vie. Il n'avait pas compris à temps que les allemands n'avaient pas réellement les compétences pour développer l'arme nucléaire.