6 janv. 2021

Optique par al-Farisi

VENTES PASSEES

Dans l'antiquité les connaissances scientifiques se transmettaient par des compilations, que les auteurs utilisaient pour insérer leurs propres théories. Oubliée, bien à tort, en Europe, cette méthode efficace a été perpétuée pendant quinze siècles par les savants arabes.

Al-Shirazi fut un de ces polygraphes. Comme Aristote, il s'intéressait à tout : mathématiques, astronomie, géographie, philosophie, médecine, théologie, droit, linguistique, rhétorique. Il était aussi joueur d'échecs, musicien et même humoriste.

Al-Farisi était un de ses élèves, à qui fut soumise une question sur la réfraction de la lumière, vers 700 AH à Tabriz. Le maître, qui n'était pas un spécialiste de l'optique, lui donna accès à une copie datée 419 AH du Livre d'Optique d'Alhacen, qui démontrait que la vision est un phénomène cérébral résultant de la réflexion de la lumière sur l'objet. L'oeil n'est que l'organe optique qui transmet cette information.

Selon la meilleure tradition, l'apport personnel d'al-Farisi est très important. Il étudie dans le plus grand détail la géométrie interne de l'oeil pour comprendre les aberrations de vision créées par la réfraction. Il modélise la goutte d'eau pour étudier la propagation du rayon de soleil dans une séquence complexe de réfractions et réflexions. Il est le tout premier à interpréter mathématiquement l'arc-en-ciel et améliore la théorie des couleurs.

Le manuscrit de travail d'al-Farisi, partiellement autographe, reprend rigoureusement la liste des chapitres de l'Optique d'Alhacen. Il est achevé en 708 AH correspondant à 1309 CE, deux ans avant la mort d'al-Shirazi.

Une section de ce document a été vendue pour £ 550K incluant premium par Sotheby's le 25 avril 2018 sur une estimation basse de £ 250K, lot 32. Cet ensemble de 321 feuilles 22 x 12 cm est illustré de très nombreuses figures à l'encre rouge. L'une d'elles est peut-être le plus ancien diagramme scientifiquement correct de la structure interne de l'oeil.

Une autre section est conservée à la New York Public Library. Elle inclut les colophons qui montrent que ce traité a été en mains de deux très éminents savants Ottomans.

Des copies étaient faites pour transmettre ce savoir. L'une d'elles, datée 899 AH, a été vendue pour £ 110K incluant premium par Sotheby's le 25 octobre 2017, lot 23.