16 févr. 2021

Console Louis XVI à Plaques en Sèvres

VENTES PASSEES

Dans les années 1780, la décoration des meubles avec des plaques en porcelaine de Sèvres est un sommet du luxe, rivalisant avec les pietre dure et les laques du Japon. Le marchand mercier Dominique Daguerre obtient un quasi monopole auprès de la manufacture. Bien que sa clientèle soit internationale, ce style de meubles est extrêmement rare.

La traçabilité est excellente. Les porcelaines sont signées, et datées par une lettre code. Pour les deux consoles ci-dessous, les achats de Daguerre ont été identifiés sans ambiguïté dans les archives de Sèvres : en 1784 il n'avait acheté que trois groupes de plaques, d'abord cinq et trois plaques dans un achat groupé, puis cinq plaques. Au second semestre de 1786, le seul achat de Daguerre est un groupe de cinq plaques aux mêmes prix que le premier lot de 1784. Daguerre faisait fabriquer ce type de meubles à Carlin.

De 1976 à 1979, les deux consoles dessertes ont appartenu à l'exceptionnelle collection d'Akram Ojjeh. Elles sont du même modèle, avec trois plaques sur la face avant et deux plaques latérales. Les fleurs des porcelaines ont été peintes par le même artiste. Les consoles sont en acajou massif avec des dimensions identiques, 91 x 135 x 51 cm.

La plus ancienne, faisant figure de prototype, n'avait pas été gardée par Ojjeh. Les porcelaines sont datées 1784 et elle est estampillée par Carlin. Elle a été vendue par Christie's le 12 décembre 2002 pour £ 2,65M incluant premium sur une estimation basse de £ 1M, lot 50.

Sur l'autre console, les porcelaines datées 1786 sont ultérieures à la mort de Carlin. Elle a probablement été fabriquée par Weisweiler. Provenant de la succession Ojjeh, elle a été vendue pour FF 10M incluant premium par Christie's le 11 décembre 1999 sur une estimation basse de FF 5M.