12 févr. 2021

La Plume de Vincent

A son arrivée à Arles, l'enthousiasme et l'énergie de Vincent van Gogh sont illimités. Pour atteindre son objectif d'être le meilleur artiste, il diversifie les thèmes, les influences et les techniques. 

Pendant l'été 1888, Vincent considère que la figure humaine est tout aussi intéressante que le paysage. Son deuxième opus dans ce genre est le portrait d'une jeune Arlésienne de 12 à 14 ans, qu'il intitule La Mousmé, un néologisme apporté du Japon par Loti qui est un synonyme de gamine.

Au même moment, Vincent perfectionne sa technique de dessin, qu'il considère comme un art majeur. Il entreprend de copier sur papier plusieurs de ses peintures les plus récentes sur des thèmes variés, et en fait des envois groupés à Theo, à Emile Bernard et à John Russell, l'artiste australien récemment installé en Bretagne.

Le dessin de La Mousmé envoyé début août à Russell est innovant par sa technique. Pour que cette oeuvre monochrome à l'encre brune sur papier ait la même qualité expressive que la peinture sur toile, il utilise une plume de roseau, avec laquelle il obtient de très beaux contrastes par la finesse du trait et par un délicat pointillisme sur la peau et sur le fond.

Ce dessin 31 x 24 cm est estimé $ 7M à vendre par Christie's à New York le 1er mars, lot 5. Le tweet montre un détail.