7 févr. 2021

Le Taj Mahal d'Elizabeth Taylor

VENTE PASSEE

L'objet d'art idéal, qui fait rêver le monde entier, doit évoquer à la fois l'amour, la mort et la richesse. En ajoutant l'élégance et la monumentalité, j'ai décrit le Taj Mahal, le mausolée de l'épouse chérie de Shah Jahan.

En 1972, pour le 40ème anniversaire d'Elizabeth Taylor, Richard Burton déclare avec humour qu'il aurait voulu lui offrir le Taj Mahal mais que le monument n'était pas transportable. Le vrai cadeau en est une évocation : un bijou moghol, que Burton a acheté pour environ £ 350K.

Ce bijou est centré d'un gros diamant en forme de coeur inséré dans un environnement de même forme de pierres rouges, de jade et de petits diamants. L'inscription est en persan : Nur Jahan Baygum et Padshah, 23, 1037. Le ruban qui permet de le porter en pendant est défraîchi. Liz Taylor le fait remplacer par Cartier par une chaîne d'or terminée par un effilochage de fils d'or qui portent des rubis.

Dans le calendrier de l'Hégire, 1037, correspondant à 1627 CE, est l'année de la mort de Jahangir dans la 23ème année de son règne et marque de ce fait la fin de la longue régence de son épouse Nur Jahan. Shah Jahan est le fils et successeur de Jahangir.

Le 13 décembre 2011, dans la vente par Christie's de la succession d'Elizabeth Taylor, le bijou dénommé le Taj Mahal est vendu pour $ 8,8M incluant premium sur une estimation basse de $ 300K, lot 56.

Après la vente, l'acheteur, qui a gardé l'anonymat, se rend compte que rien ne permet de démontrer que le diamant Taj Mahal a été un jour dans les mains de Jahangir ou de Shah Jahan. Il est un client important et Christie's tente d'annuler la vente de ce lot. Le trust en charge de la succession de l'actrice s'y oppose en 2015 et 2017 par des plaintes en justice, argumentant l'absence d'irrégularité. La suite n'est pas connue.