11 févr. 2021

Maternité par Picasso

VENTE PASSEE

Picasso a dit : "C'est en pensant que Casagemas était mort que je me suis mis à peindre en bleu". La chronologie des faits complique l'expertise. L'euphorie de son exposition solo par Vollard, en juin 1901, juste avant la grande dépression de Picasso, avait eu lieu quatre mois après la mort de Casagemas. Cette déclaration est cependant confirmée par un portrait imaginaire de Casagemas sur son lit de mort, peint en 1901, une vision trop douloureuse que Picasso a gardée en secret jusqu'en 1965.

Les deux amis avaient voulu explorer les plaisirs de la vie parisienne. Casagemas s'est suicidé après avoir tenté d'assassiner une danseuse du Moulin Rouge. 

Ce mélange d'amour et de mort a suscité à retardement un questionnement mystique. Picasso est traumatisé par la déchéance des femmes dans la prison-hôpital de Saint-Lazare, dédiée depuis cent ans à maintenir à l'écart des bordels les prostituées malades.

Dans un élan mystique qui anticipe de plus de trente ans la Minotauromachie, l'artiste ne comprend plus le sens de la vie. La femme n'est pas seulement un objet de plaisir, elle est aussi la mère, chargée de perpétuer l'espèce humaine. A la fin de 1901, juste avant de rentrer à Barcelone, il peint une série de Maternités qui réinterprètent indirectement le thème de la Vierge à l'Enfant.

Un opus de cette série en est probablement l'image la plus poignante. La mère est habillée d'une robe de bure avec une grande capuche. Elle tient affectueusement l'enfant debout en pyjama devant elle et pose un baiser sur son front. La pièce est vide à l'exception d'une corbeille de couture, symbole des humbles occupations de la mère. Il ne fait pas de doute qu'elle est une femme déchue, enfermée à Saint-Lazare, à qui son fils apporte le souvenir et l'espoir de la vraie vie. Les mains du jeune garçon sont jointes comme pour la prière chrétienne. 

Cette huile 92 x 60 cm a été vendue pour $ 24,7M incluant premium par Christie's le 14 novembre 1988. L'image a été partagée en 2006 par Artnet.

Ces interprétations sont confirmées par un chef d'oeuvre de la période bleue, peint à Barcelone en 1903, significativement intitulé La Vie, qui met en opposition un couple nu et une maternité et où l'homme du couple charnel est un portrait posthume de Casagemas.