21 févr. 2021

Poème du Baita Blanc par Qianlong

VENTE PASSEE

Sur la colline sacrée au centre d'un jardin impérial dont la création remonte à la fondation de Beijing, l'empereur Shunzhi fait ériger en 1651 CE, septième année de la dynastie Qing, un stupa de près de 40 mètres de haut dans le but de plaire aux Bouddhistes. Le monument, nommé baita en pinyin, est d'un blanc éblouissant, comme un petit Taj Mahal.

En 1773 CE l'empereur Qianlong, arrière-petit fils et troisième successeur de Shunzhi, gravit la colline enchantée. Comme en toutes circonstances, il enregistre ses sentiments. Le poème est composé de cinq parties, une description générale et une vue observée de chacun des quatre points cardinaux. 

Les rouleaux autographes calligraphiés par l'empereur ont 27 cm de haut sur une longueur de 80 à 118 cm. Chaque rouleau est divisé en deux parties, le poème en pictogrammes serrés à gauche et quatre caractères sur toute la hauteur à droite pour le titre. Plusieurs sceaux impériaux ont été apposés, dont celui le Qianlong Chen Han ("écrit du pinceau de l'empereur") et le Tai Shang Huang Di.

Le rouleau de l'est n'est pas localisé. Les quatre autres ont été regroupés et ont été vendus ensemble pour RMB 116M incluant premium par Poly le 2 décembre 2014, lot 3030. L'image est partagée par China Daily dans le compte rendu d'après vente.