3 mars 2021

Cosmographie Persane

La ville de Herat, surnommée la perle du Khorassan, est prospère et convoitée. Elle est prise en 1175 CE par les Ghorides, des Bouddhistes convertis à l'Islam. puis entre en 1214 dans l'empire Khwarezm avant d'être détruite par les Mongols en 1221. 

C'est un centre culturel important. Un voyageur de l'époque Ghoride annonce 359 collèges, 12000 boutiques, 6000 maisons de bains, un caravansérail, des moulins, un couvent derviche, un temple Zoroastrien. La spécialité de Herat à la même époque est le travail du bronze incrusté de métaux précieux. L'Islamisme devient prépondérant avec la construction de la grande mosquée en 1201.

Le 31 mars à Londres, Sotheby's vend un bassin rituel circulaire en laiton très probablement réalisé à Herat, lot 74 estimé £ 1M. Il mesure 50 cm de diamètre avec un marli polylobé à bords ourlés de 11,6 cm de haut. L'intérieur est entièrement décoré par des incrustations d'argent qui sont restées intactes.

Les registres concentriques constituent une cosmographie complète avec des influences persanes et hindoues sans aucun élément islamique. Résidant depuis plus de soixante ans dans une collection, il n'avait pas été publié mais a été décodé grâce à ses similitudes iconographiques avec le Vaso Vescovali, un bol zodiacal en étain conservé au British Museum.

Saturne, la planète la plus éloignée de la terre, trône au centre avec une expression rébarbative. Il est entouré du cercle des quatre autres planètes qui incluent le Soleil et la Lune. Chacune de ces sept allégories a plusieurs bras pour exhiber ses attributs, dans la tradition hindoue. La plupart brandissent des têtes humaines coupées. Les figures sont séparées par un réseaux de lignes qui ressemble à un tissage.

Le cercle suivant est le zodiaque des étoiles, dans la dénomination habituelle des douze signes, composés de la maison de jour et la maison de nuit des cinq planètes plus une pour le Soleil et une pour la Lune. Les deux cercles suivants sont composés respectivement de douze paires de poissons puis de croissants de lune.

La paroi est illustrée d'une frise de waq-waq, l'arbre mythique persan dont les branches et les fruits se transforment en têtes humaines qui hurlent "waq waq". Le dernier cercle est une frise de têtes et d'oiseaux.