12 mars 2021

L'Esprit de la Rue Blomet

Le surréalisme est l'expression du subconscient. En 1924 André Breton explicite les nouvelles théories littéraires. Joan Miro a son atelier rue Blomet, juste à côté de celui d'André Masson. Une sorte de cénacle de jeunes poètes se forme, incluant Aragon, Eluard, Desnos, Leiris, Queneau.

Miro savait mettre en scène des symboles colorés dans un environnement de paysage. L'influence de ses nouveaux amis le mène vers l'abstraction onirique. Les couleurs qu'il répartit sur ses toiles sont le miroir de son subconscient. En 1925 il traduit sa grande préoccupation personnelle du moment, la recherche d'une femme. 

Le public aime ces couleurs chaleureuses entrecoupées de détails biomorphiques qui ne sont pas identifiables. Il dira plus tard qu'il était plus inspiré par les poètes que par les peintres. Son abstraction échappe totalement aux géométries de Kandinsky, Malevitch et Mondrian.

Son art est de la Peinture, et il utilise souvent ce titre en français. Peinture, huile sur toile 146 x 114 cm peinte en 1925, est estimée £ 9M à vendre par Christie's à Londres le 23 mars, lot 106. L'oeuvre est parsemée de lignes abstraites ondulantes d'une extrême finesse qui préfigurent ses crypto-figurations, qui culmineront en 1927 avec la période bleue et en 1940 avec la série des Constellations.

Peinte également en 1925 avec des tonalités similaires, Le Corps de ma Brune, huile sur toile 130 x 96 cm, superpose un poème automatique sur la composition abstraite. Cette oeuvre d'inspiration érotique a été vendue pour £ 17M incluant premium par Christie's le 7 février 2012.